Skip to navigation – Site map

Introduction : le réalisme scandinave, une épistémologie

Introduction: Scandinavian Realism — an Epistemology
Pierre Brunet
p. 5–7

Full text

  • 1 Kocourek (1940 : 637–640 ; ici 638). Il ajoutait : « We have always referred to the view of one of (...)
  • 2 Radin (1940 : 507508).

1En dépit de la littérature relativement abondante à son sujet, quelle que soit la langue dans laquelle on pratique la théorie du droit (laquelle, pour le bonheur du plus grand nombre, ne se limite pas à l’anglais), le réalisme scandinave reste assez mal connu. On n’en retient bien souvent que quelques bribes : lutte contre la métaphysique, empirisme, démystification, idéologie des juges, faits, fictions, prédictions… On ne manque pas non plus de rappeler quelques critiques, plus ou moins sévères, qui lui ont été adressées dans le passé. Certaines d’ailleurs ne manquaient pas d’humour. On se souvient de ce mot d’esprit de Kocourek : « There are various kinds of realism in philosophy and in jurisprudence. The particular type of realism supported by Hägerström, Lundstedt, and now Lunau, may, to borrow from the fine arts, be called ‘surrealism’ ».1 Max Radin lui faisait écho qui, dans sa recension de la première édition de Law as Fact de Olivecrona, jugeait que : « To insist that men do right in the legal sense only because they consciously or unconsciously fear that they will go to jail unless they do so, is, after all, on the same level as the doctrine that benevolence is an inverted selfishness and that the agonies of martyrs are fully compensated by their masochistic delight in their sufferings ».2

  • 3 Ainsi dans sa longue et très critique recension de la Allgemeine Staatslehre de Kelsen, Hägerström (...)

2On admettra avec eux que les premières affirmations des Réalistes scandinaves pouvaient paraître, à l’origine, d’une formulation un peu rugueuse et dépourvues de nuances. Axel Hägerström avait lui-même, en ce domaine, fait la démonstration de ce que la subtilité allait parfois de pair avec une certaine mauvaise foi.3

3La contribution de Carla Faralli fournit cependant une excellente illustration des ambitions qu’a pu faire naître le discours anti-philosophique de Hägerström ainsi que des outils conceptuels qu’il a su léguer à ses élèves dont principalement Olivecrona et Ross. L’enjeu, rappelons-le, était de contester tant la théorie positiviste des sources du droit que la conception jusnaturaliste classique faisant du droit positif le prolongement d’une morale propre à la nature humaine. Cette critique des sources constitue le point de départ de toutes les réflexions des réalistes et demeure une constante chez eux. C’est en cherchant à comprendre notre propre compréhension du droit qu’ils en viennent à explorer la dimension socio-psychologique et linguistique du phénomène juridique. On comprend qu’ils puissent dès lors apparaître, comme le suggère Jakob Holterman à partir de Ross, comme des précurseurs du programme de naturalisation de l’épistémologie que Quine a lancé à partir des années 50.

4Tout comme Olivecrona de son côté, Ross tendait à voir la législation, les coutumes ou les précédents comme un ensemble de facteurs qui exercent une influence sur la formulation de la norme par les juges mais non comme l’unique élément de détermination de leur attitude. Cette dimension socio-psychologique n’est pas non plus absente de la réinterprétation du concept de normes de compétence chez Ross que propose Guillaume Tusseau qui voit ces dernières comme des rationalisations de prédispositions des destinataires et Ross comme un précurseur du postpositivisme.

5On mesure alors tout ce qui rapproche prima facie les réalistes scandinaves des réalistes nord-américains. Mais comme le souligne avec force Eric Millard, au-delà d’un même attachement à cette dimension socio-psychologique, les réalistes scandinaves défendaient un programme épistémologique autrement plus structuré et plus rigoureux. Leur « réalisme » ne pouvait et ne saurait être vu comme une simple méthode susceptible de convenir à toute approche du droit.

6Cela ne signifie pas que ce programme est exempt de toute critique ni qu’il a parfaitement réussi. Ainsi, Henrik Palmer Olsen montre clairement que la théorie du pronostic de Ross était incompatible avec sa théorie des sources du droit et de l'interprétation. Et si elle se comprend très bien au regard du contexte dans lequel elle est élaborée – réduire autant que possible la validité à des éléments empiriques – elle est un échec en ce qu’elle ne fournit pas à la recherche juridique les concepts qui lui sont nécessaires.

7Par ailleurs, sous son aspect tranchant et à l’époque novateur, la thèse d’une création initiale du droit par les juges dont on sait qu’elle est devenue, avec la critique du concept de « droits », le signe de reconnaissance des réalistes et à laquelle Ross a su attacher son nom de façon définitive, n’est pas toujours aussi claire qu’on le croit. Riccardo Guastini en souligne les ambiguïtés et s’emploie à en exposer les variantes ainsi que les contradictions tout comme les insuffisances.

8À cet égard, et comme le soulignent plusieurs contributions, le terme « réalisme » est peut-être parfois mal choisi ou du moins est-il source de malentendu. Ainsi, du côté des juristes français, ceux qui se réclamaient du réalisme au nom d’une approche sociologique du droit étaient-ils beaucoup moins réalistes qu’ils ne l’imaginaient, alors que les partisans d’une conception positiviste plus formaliste pouvaient au contraire rejoindre – sans le savoir – certaines des positions défendues par les juristes scandinaves.

  • 4 V. Pattaro (2009 : 532–548) et Eng (2011 : 194–246).

9On ne saurait conclure cette introduction sans un mot à l’égard du texte avec lequel s’ouvre ce numéro et qui nous ramène au point de départ. Ross y discute avec une grande précision l’épistémologie de Kelsen. S’il reconnaît que la science du droit doit se distinguer de la dogmatique juridique, il amorce la critique que ses écrits ultérieurs ne cesseront d’approfondir : une science pure du droit ne saurait être une science et la description des normes ne saurait emprunter une forme propositionnelle identique à la norme juridique elle-même car les normes ne sont pas une forme particulière de cognition pas plus que leur validité ne saurait être objet d’une connaissance spécifique quelconque. Connaître, c’est connaître des faits. Et les instruments de cette connaissance doivent eux aussi relever du monde des faits. On sait que la critique a fini par porter ses fruits car Kelsen renoncera par la suite à son premier concept de norme juridique comme un jugement hypothétique sans renoncer pour autant à son concept de « Rechtssatz ». à dire vrai, si le réalisme scandinave, en tant que mouvement, n’existe plus guère (ou du moins pas en Scandinavie), l’influence de Ross et la place considérable qu’il occupe dans la théorie du droit contemporaine ne cessent de faire l’objet d’une réévaluation bien évidemment méritée.4

Top of page

Bibliography

Svein ENG, 2011 : Lost in the System or Lost in Translation? The Exchanges between Hart and Ross. Ratio Juris (2011) 2. 194–246.

Axel HÄGERSTRÖM, 1953 : Kelsen’s Theory of Law and State (1925). Inquiries into the Nature of Law and Morals. Pref. Karl Olivecrona ; transl. par C. D. Broad. Uppsala & Wiesbaden : Almqvist och Wiksell.
H.L.A. HART, 1955 : Review of Inquiries into the Nature of Law and Morals by Axel Hägerström. Philosophy (1955) 115. 369–373.

Albert KOCOUREK, 1940 : Review of Heinz Lunau, Illusions et réalités dans la politique internationale de paix. Illinois Law Review (1940). 637–640.

Enrico PATTARO, 2009: From Hägerström to Ross and Hart. Ratio Juris (2009) 4. 532–548.

Max RADIN, 1940 : Review of Law as Fact by Karl Olivecrona. Harvard Law Review (1940) 53. 507–508.

Top of page

Notes

1 Kocourek (1940 : 637–640 ; ici 638). Il ajoutait : « We have always referred to the view of one of the acutest of our legal scholars, Bingham, who tells us that law is purely phenomenal. If there is any important fundamental difference between Bingham and Lundstedt, we must confess we do not see it. »

2 Radin (1940 : 507508).

3 Ainsi dans sa longue et très critique recension de la Allgemeine Staatslehre de Kelsen, Hägerström évoquait largement les Hauptprobleme de 1911 mais la lecture qu’il en faisait n’était ni toujours très pertinente ni très charitable. V. Hägerström (1953 : chap. IV, 257 s.) C’est d’ailleurs ainsi que l’avait jugée Hart dans le compte rendu qu’il a consacré au recueil d’articles de Hägerström édité par C.D. Broad, Hart (1955 : 369–373).

4 V. Pattaro (2009 : 532–548) et Eng (2011 : 194–246).

Top of page

References

Bibliographical reference

Pierre Brunet, « Introduction : le réalisme scandinave, une épistémologie », Revus, 24 | 2014, 5–7.

Electronic reference

Pierre Brunet, « Introduction : le réalisme scandinave, une épistémologie », Revus [Online], 24 | 2014, Online since 16 December 2014, connection on 21 March 2017. URL : http://revus.revues.org/3136

Top of page

About the author

Pierre Brunet

Professor of law at the University of Paris Ouest Nanterre La Défense, Member of the Institut Universitaire de France (IUF) and Director of the Centre de Théorie et Analyse du Droit (CTAD - UMR CNRS 7074).

   Pierre Brunet
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment F, bureau 407
200 avenue de la République
92001 Nanterre Cedex
France

E-mail: pierre.brunet@u-paris10.fr

By this author

Top of page

Copyright

All rights reserved

Top of page
  • Revues.org